SFphotographies | Togo 5 – LE TOMBEAU DES LUCIOLES
332
post-template-default,single,single-post,postid-332,single-format-standard,ajax_leftright,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,content_with_no_min_height,select-theme-ver-3.5,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Togo 5 – LE TOMBEAU DES LUCIOLES




Pourquoi des papillons ? Parce que je suis certain que vous vouliez en voir !

 

En campagne le crépuscule donne naissance à deux royaumes illuminés. Dans le ciel dominé par une lune blafarde une peinture d’étoiles scintille au firmament, tandis que plus bas sur la terre le monde des lucioles virevolte et joue à cache-cache avec la nuit, tombeau de sa clarté éphémère.
Prisonniers de leurs chaines d’obscurité, ces messages morses luttent fébrilement pour un destinataire inconnu, comme autant de marins sous la furie éolienne chahutés par les gifles d’une mer d’obsidienne. Les Robinson de la nuit sont à nos yeux les diamants taillés des ténèbres et offrent à cette pauvre Agripa un ersatz de trésor éphémère.

Tout aussi éphémère, le fufu est un autre trésor du Togo, un trésor qui se mange. Chose importante, le fufu aime se prononcer foufou, sinon il se fâche tout rouge et croyez moi ça pique. Plat traditionnel prédominant dans la région des plateaux, il se partage avec les invités et les voyageurs. Il est aussi le plat principal pour la population, avec la pâte de maïs. Si tu veux préparer un bon fufu, il te faut un bon Igname, de bon bras, et bien entendu de bons invités. Tu dois éplucher l’igname et le couper en morceaux grossiers avant de le bouillir. Une fois bien cuit, met le dans un pilon et échauffe tes bras ! Dans un premier temps tu écrases l’igname doucement avant de le pulvériser à gros coups de mortier en rajoutant un filet d’eau de temps à autres. Le mieux est d’être à 2, 3 voir 4, et de pilonner en alternance dans un rythme frénétique proche de la démence ou de l’illumination. C’est pourquoi le fufu est ici une religion culinaire. Note que lorsque jésus fut monté sur la croix on ne lui avait pas demandé son avis, sache que l’igname n’a pas non plus choisis de se faire pilonner par 4 mortiers en furie. C’est de ce destin là que se chauffent les martyrs…

Voilà la pâte d’igname prête (parfois on remplace l’igname par un mélange de manioc et de banane plantain), il te reste à préparer la sauce, le sérum, dans lequel tu viendras tremper une boulette de fufu avec tes doigts avant de la jeter dans l’abîme œsophagique. Ces sauces, il en existe 4 ou 5, sont préparées à base d’eau, de tomate, d’oignons, de piments, de cubor, d’épinards ou autres légumes. Tu rajoutes ensuite de la viande, les plus courantes étant le mouton, la chèvre, la poule, le bœuf, ou le poisson séché. On trouve des viandes plus exotiques comme l’agouti, la chauve-souris, la vipère etc … bref tout ce qui te passe sous la main sauf les fourmis magnan, parce que les fourmis magnan c’est pas bon et surtout c’est très méchant.

Et le fufu fût !




A l’affut ! (ben quoi, ca rime avec fufu…).
De toute manière j’ai décidé que cet article serait agrémenté de bestioles, parce qu’on en voit beaucoup sur place mais assez peu dans les écris. Je répare donc une injustice

 

Puisque je t’ai parlé du plat traditionnel et que celui-ci est bien lourd, je t’offre en digestif quelques mots sur l’alcool traditionnel: le Sodabi (Togo-Gin). Si tu te souviens, c’est lui qui sert à laver les pieds des invités, les laissant ivres de joie d’être si proprement accueillis.
Le Sodabi est un alcool préparé à base de sève de palmier fermentée. Lorsque les palmiers sont trop grands pour l’exploitation des fruits, on les coupes pour en récupérer la sève pendant plusieurs jours. Cette sève peut ensuite être bue telle quelle (vin de palme) ou transformée en Sodabi. Ca c’est le vrai Sodabi. Le faux c’est de l’alcool à 90° mélangé à des trucs pas nets et macéré avec des plantes dont le nom ferait frémir une horde de douaniers en pyjama.
Seulement voilà, le Sodabi sert plus ou moins à tout (sauf à laver les bébés), et entre autre à se soigner. Le grand truc ici c’est d’y faire macérer diverses plantes et racines, respectables cette fois (les douaniers peuvent dormir tranquilles), pour donner à notre breuvage préféré un goût unique, une couleur funky, et surtout une vertu thérapeutique voir aphrodisiaque. Dans tous les cas, le Sodabi est très bon pour soigner la sobriété.

Je veux soigner tes papilles l’ami, alors voici en guise de dessert une liste des petits plaisirs Togolais:
– On entend (presque) pas parler de Sarkozy !
– Les mangues, les ananas, les bananes, et même les cacahuètes sont délicieuses !
– L’amabilité des gens. C’est certain, on n’est pas à Paris …
– Dans certains villages les Togolaises sont vraiment sublimes …
– Les paysages. Là encore les photos prennent le relais des mots.
– Le plaisir de sortir d’un taxi dans lequel vous étiez entassés à 10 personnes plus 3 poules pendant 2h … mais ca c’est une prochaine histoire.
– De magnifiques photos à faire avec des tas de bestioles étranges.
– Le fufu, c’est bon. Il y a quelques spécialités vraiment délicieuses.
– La pluie sait se faire apprécier, ca change un peu.

Mais voilà aussi les manques pour un yovo comme moi:
– Le Kebab de saint Michel à 5h du matin, ou encore le Mcdo du lendemain.
– Le saucisson, le pâté, un petit vin blanc, le Rocamadour, le fromage basque, une bonne salade tomate/Mozza, les Balistos, la tartiflette, enfin tous ces trucs indispensables et inutiles à la fois …
– Internet, je veux dire le vrai internet. Comme quoi il n’y a pas que la bouffe, il y a le PC aussi !
– Le climat Messin. Non je blague. Tien ben justement les blagues ca me manque !
– Rock and Roll !!! Les musiques africaines sont plaisantes mais je me demande parfois s’il en existe plus de 5.
– Ne reconnaître personne dans le noir … c’est idiot mais c’est pénible.
– A force d’en manger le fufu sait se faire détester …
– Tout est long à cicatriser et les complications sont légions. Un petit bouton de moustique peut facilement vous donner un abcès monstrueux s’il n’est pas surveillé.
– Globalement le manque de variété dans la nourriture. Qui à dit que je faisais que parler bouffe ? J’ai aussi parlé PC et jolies filles !

Alors, que dis-tu de ce repas ?




Cette guêpe ne nous a pas attendue pour prendre le sien (mais l’intérêt ici c’est la fleur)

 

Quelques mots enfin sur le sourire de l’Afrique: tel est nommé le Togo, et un nouveau stagiaire est ici un nouveau sourire. Mais il est aussi dit que les dentitions éclatantes font des sourires magnifiques. Moralité: pour que le sourire de l’Afrique reste le plus beau du monde, il faut bien se laver les dents.
 

le sourire de l'Afrique

Jeannette vous dit au revoir !

 
Sylvain

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.